Home / Faits Nouveaux / Diab : Il n’y aura pas de véritable justice au Liban tant que la justice ne sera pas rendue dans l’explosion du port de Beyrouth
Newly-assigned Lebanese Prime Minister, Hassan Diab, speaks to journalists after his meeting with Lebanese President Michel Aoun at the presidential palace, in Baabda, east of Beirut, Lebanon, Thursday, Dec. 19, 2019. Aoun named Diab as prime minister after a day of consultations with lawmakers in which he gained a simple majority of the 128-member parliament. Sixty-nine lawmakers, including the parliamentary bloc of the Shiite Hezbollah and Amal movements as well as lawmakers affiliated with President Michel Aoun gave him their votes. (AP Photo/Hussein Malla)
Newly-assigned Lebanese Prime Minister, Hassan Diab, speaks to journalists after his meeting with Lebanese President Michel Aoun at the presidential palace, in Baabda, east of Beirut, Lebanon, Thursday, Dec. 19, 2019. Aoun named Diab as prime minister after a day of consultations with lawmakers in which he gained a simple majority of the 128-member parliament. Sixty-nine lawmakers, including the parliamentary bloc of the Shiite Hezbollah and Amal movements as well as lawmakers affiliated with President Michel Aoun gave him their votes. (AP Photo/Hussein Malla)

Diab : Il n’y aura pas de véritable justice au Liban tant que la justice ne sera pas rendue dans l’explosion du port de Beyrouth

Le Premier ministre sortant Hassan Diab, a publié le communiqué suivant :

Une année s’est écoulée depuis le tremblement de terre qui a frappé Beyrouth et tout le Liban.
Le 4 août, l’un des hangars de la corruption a explosé, laissant des effets dévastateurs à tous les niveaux : des martyrs ont perdu la vie, des milliers ont été blessés, des maisons et des institutions ont été détruites… L’explosion a laissé des cicatrices profondes dans l’esprit et la conscience du pays.
Une année s’est écoulée, mais les marques sont toujours visibles, la douleur est toujours déchirante et les cœurs brûlants des familles des martyrs et des blessés ne se sont pas calmés.

L’explosion du 4 août a révélé les failles du pays.  La corruption qui ronge le Liban a été en partie exposée, et les caractéristiques de l’État profond, l’état de corruption, ont émergé, montrant que le hangar numéro 12 résumait la réalité libanaise, qui est le résultat de la convergence d’éléments constitutifs de la corruption profondément enracinée et à laquelle le pays a cédé.
Il n’y aura pas de véritable justice au Liban tant que la justice ne sera pas rendue dans l’explosion du port de Beyrouth.
Les Libanais ne pourront pas se sentir en sécurité tant que les faits complets de cette catastrophe, dont les effets humanitaires, psychosociaux et dévastateurs ont laissé des traces dans la capitale et ses environs, ne seront pas révélés.
Les faits complets de la catastrophe ne peuvent être révélés si les questions fondamentales suivantes restent sans réponse : Qui est à l’origine de ces matériaux et pourquoi ? Comment et pourquoi ont-ils été laissés au port pendant 7 ans ? Comment l’explosion s’est-elle produite ?
Pendant une année entière, la blessure de la nation n’a pas refroidi ; les larmes des endeuillés et des familles de martyrs sont loin d’être taries ; la douleur des blessés ne s’est pas arrêtée, et les effets de la destruction témoignent encore du désastre.
Comment demander à tous ces gens d’arrêter de gémir, alors que leur cœur est accablé par l’injustice et les pertes irréparables !
Comment une conscience humaine et patriotique peut-elle exploiter la peine d’une mère et les larmes d’un père et d’un parent, à des fins politiques ou personnelles ? !
La réalisation de la justice commence par la révélation de la vérité, la responsabilisation des auteurs de cette catastrophe, la protection du sang des martyrs et la guérison des plaies des blessés et des personnes touchées par la tragédie.
Le Liban traverse une étape très dangereuse qui menace son destin et l’avenir de ses enfants ; ainsi, tout le monde doit réaliser que la vraie justice est la pierre angulaire qui empêche le Liban de tomber.
Que Dieu ait pitié des âmes des martyrs du Liban qui sont tombés dans la catastrophe de Beyrouth.
Que Dieu vienne en aide aux blessés pour surmonter les blessures qui ont marqué leur vie.

Que Dieu bénisse le Liban !

(Source: Bureau de presse de la présidence du Conseil des ministres)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *