Home / Faits Nouveaux / Abdel Samad souligne la nécessité de mettre de côté la politique de vexation et de se concentrer sur l’intérêt du pays
عبد الصمد

Abdel Samad souligne la nécessité de mettre de côté la politique de vexation et de se concentrer sur l’intérêt du pays

La ministre sortante de l’Information, Manal Abdel Samad, a déclaré lors d’un entretien accordé ce mardi à la Radio « Liban libre », que la période de 10 jours du bouclage du pays n’a pas pour but de freiner la pandémie mais plutôt de contrôler les chiffres.

« Selon les rapports, nous avons constaté une légère baisse des nombres de patients contaminées par la Covid-19 depuis la mise en œuvre des mesures de confinement », a indiqué Mme Abdel Samad.

La ministre a ensuite souligné la nécessité de mettre de côté la politique de vexation et de se concentrer sur l’intérêt supérieur du pays durant la période actuelle. “Cette pandémie n’épargne personne. Nos secteurs sanitaire, financier et éducatif s’effondrent. Nous devrons alors coopérer ensemble afin de tenir le secteur judiciaire et les réseaux de sécurité à l’écart de ce qui se passe”, a-t-elle dit.

Concernant la performance des médias durant la période de la pandémie et leur rôle de sensibilisation, Mme Abdel Samad a applaudi les efforts des médias qui ont braqué les projecteurs sur les dangers auxquels font face les citoyens et ont organisé des campagnes de sensibilisation et coopéré avec le ministère de l’Information dans les campagnes lancées en coordination avec le ministère de la Santé publique.

Quant à la variété des vaccins, elle a souligné que la diversité était essentielle. “Lorsque nous ouvrirons la porte à la concurrence, les conditions seront meilleures», a-t-elle affirmé, ajoutant que le ministère de la Santé publique était ouvert à toutes les offres.

Commentant la vidéo fuitée du Président de la République, Michel Aoun, et du Premier ministre sortant, Hassane Diab, avant la réunion du Conseil supérieur de la Défense, Mme Abdel Samad a conclu: “Si nous entrons dans les labyrinthes de mauvaises intentions, nous ne pouvons pas régler les problèmes en cours au pays. Notre correspondant au palais présidentiel est une personne fiable et les faits ne doivent pas se compliquer davantage ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *