Home / Économie / Les Etats-Unis proposent au Royaume-Uni un accord commercial pour le 1er novembre
US National Security Advisor John Bolton arrives in Downing Street in London on August 13, 2019, ahead of his meeting with Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid. - US National Security Advisor John Bolton said Monday that Washington wanted "to move very quickly" on a trade deal with Britain after it leaves the EU, and that the White House would wait until after Brexit to address various security concerns. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)
US National Security Advisor John Bolton arrives in Downing Street in London on August 13, 2019, ahead of his meeting with Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid. - US National Security Advisor John Bolton said Monday that Washington wanted "to move very quickly" on a trade deal with Britain after it leaves the EU, and that the White House would wait until after Brexit to address various security concerns. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)

Les Etats-Unis proposent au Royaume-Uni un accord commercial pour le 1er novembre

L’accord pourrait ainsi être effectif au lendemain de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Un « deal » entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis serait proche, à en croire un haut responsable de l’administration Trump. Selon lui, Londres et Washington discutent d’un accord commercial partiel qui pourrait prendre effet dès le 1er novembre, au lendemain de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne.

John Bolton, le conseiller présidentiel à la sécurité nationale en visite à Londres, et la ministre britannique du Commerce Liz Truss ont aussi évoqué la possibilité que les dirigeants des deux pays signent une feuille de route en vue d’un accord commercial quand ils se verront en fin de mois au sommet du G7 en France, a ajouté le responsable.

Lundi, John Bolton avait rencontré le premier ministre britannique Boris Johnson pour lui faire part du soutien «enthousiaste» des Etats-Unis à un Brexit sans accord si tel est le souhait du nouveau gouvernement. “Nous voulons être utiles pour le Brexit”, affirmait ainsi à Londres le conseiller présidentiel pour les questions de sécurité nationale.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *