Home / Culture, technologies et médias / L’Apple Watch et l’iPad, stars de la rentrée
MADRID, SPAIN - JUNE 26:  Apple Watch is now available in seven more countries (Italy, Mexico, Singapore, South Korea, Spain, Switzerland and Taiwan.) on June 26, 2015 in Madrid, Spain.  (Photo by Pablo Cuadra/Getty Images for Apple)
MADRID, SPAIN - JUNE 26: Apple Watch is now available in seven more countries (Italy, Mexico, Singapore, South Korea, Spain, Switzerland and Taiwan.) on June 26, 2015 in Madrid, Spain. (Photo by Pablo Cuadra/Getty Images for Apple)

L’Apple Watch et l’iPad, stars de la rentrée

Apple n’a pas dévoilé d’iPhone 12 mais de nouvelles versions de ses montres et tablettes, lors d’une keynote qui a insisté aussi sur l’empreinte carbone.

Comment peut réagir la plus grosse capitalisation mondiale en plein Covid ? C’est au cours d’une présentation enregistrée en amont que l’entreprise californienne Apple a présenté ce 15 septembre sa palette de nouveaux produits et services. Au programme donc, sa nouvelle montre iWatch, le modèle Series 6. Il dispose d’un affichage plus brillant que la précédente montre S5, s’appuie notamment sur une puce A13 bionic (la même que sur l’iPhone 11 !) qui promet d’être 20 % plus rapide que le précédent modèle.

Côté fonctionnalité, en plus de l’alerte en cas d’arythmie cardiaque déjà présente sur les précédents modèles, la montre promet de prévenir en cas de saturation du niveau d’oxygène dans le corps. « La saturation en oxygène, ou SpO2, représente le pourcentage d’oxygène transporté par les globules rouges des poumons vers le reste du corps », explique l’entreprise, qui s’appuie notamment sur « quatre groupes de LED vertes, rouges et infrarouges, ainsi que les quatre photodiodes intégrées au dos du boîtier de la montre pour mesurer la lumière réfléchie par le sang ». Un algorithme maison mesure ensuite l’oxygène dans le sang entre 70 % et 100 %. Cela peut se faire à la demande lorsque la personne est immobile, tout comme en plein sommeil.

Nouveaux bracelets pour les montres

Fidèle aux partenariats avec les universités (ce fut le cas par le passé avec Harvard et Oxford), Apple va cette année collaborer avec l’université de Californie à Irvine pour examiner comment les mesures longitudinales de l’oxygène sanguin peuvent permettre de mieux contrôler l’asthme. Par ailleurs, plusieurs membres du corps enseignant de la faculté de médecine de l’université de Washington tenteront de comprendre comment la mesure du rythme cardiaque et de l’oxygène dans le sang peuvent permettre de détecter précocement les signes d’insuffisance respiratoire en cas de grippe et de Covid-19.

Plus anecdotique, Apple a profité de cette présentation pour présenter de nouveaux bracelets, à l’instar du « Solo Loop », que l’on enfile ou enlève facilement. La configuration familiale permet de gérer les écrans de toute sa famille, tout comme la possibilité de prévenir plus facilement les secours ou les représentants légaux, grâce à une pression latérale. L’Apple Watch Series 6, dotée d’un GPS et de la possibilité d’héberger une carte SIM sera commercialisée à partir de 529 euros. Le modèle « d’entrée de gamme » Apple Watch SE, pouvant également héberger une carte SIM, commencera à 349 euros.

Fitness+, le sport au bout des doigts

À suivre également le nouveau service Fitness+ (utile en temps de confinements répétés et donc de moins d’exercice !) où une intelligence artificielle va notamment proposer des exercices en fonction de votre profil. Plus d’excuse pour ne pas se mettre à la gym, au yoga, au rameur, ou encore à la musculation ! Même si cette fonction a tout de même un prix : 9,99 euros par mois (ou 79,90 euros par an). Amusant, les abonnés à Apple Music peuvent également facilement enregistrer des morceaux entendus lors d’une séance Fitness+ pour les écouter plus tard.

Notons aussi le lancement d’offres « intégrées », comme Apple One, qui, en échange de 14,95 euros par mois (offre individuelle avec 50 Go de stockage sur iCloud) ou familiale (19,95 euros par mois et 250 Go de stockage), permettront d’accéder à des services comme Apple Music, Apple TV+, Apple Arcade. Apple Fitness sera à terme intégrée, tout comme l’offre Apple News dans les pays où ce service est lancé, ce qui n’est pas le cas en France.

L’iPad Air totalement redessiné

Apple a aussi dévoilé de nouveaux iPad, pour fêter dignement les dix ans de sa tablette à succès. Seule vraie surprise de la soirée, l’iPad Air totalement redessiné et dispose désormais d’un écran plus grand (10,9 pouces), qui loge dans le même volume que son prédécesseur. Le bouton principal sous l’écran disparaît, et l’identification par empreinte digitale Touch ID est relocalisée sur un bouton latéral qui sert aussi à réveiller la tablette.

La nouvelle puce A14 Bionic, la plus puissante d’Apple à ce jour, est gravée en 5 nanomètres : une prouesse technologique ! Qui ne permet toutefois pas encore de concurrencer les tablettes Surface Pro de Microsoft et leurs processeurs Intel Core i7. Bonne nouvelle pour l’environnement : la Pomme se débarrasse enfin du connecteur propriétaire Lightning et le remplace par l’USB-C, le standard international dix fois plus rapide. Le nouveau design intègre aussi un système audio stéréo, idéal pour regarder des vidéos. Disponible en cinq couleurs, l’iPad Air sera vendu à partir de 669 euros dès le mois d’octobre.

Des mises à jour majeures le 16 septembre

L’iPad de huitième génération subit un lifting moins important. Il intègre désormais une puce A12 Bionic, pour animer un écran de 10,2 pouces. Les prix commencent à 389 euros, et les commandes sont ouvertes dès le 15 septembre pour une disponibilité annoncée à partir de vendredi 18 septembre. Alors que la guerre technologique sino-américaine n’a jamais été aussi frontale, l’entreprise née en 1976 n’a pas donné de détails sur une possible relocalisation de sa production, qui pourrait bénéficier au Vietnam, à l’Inde ou encore à l’Indonésie, d’après le quotidien économique japonais Nikkei.

Côté systèmes d’exploitation, Apple s’apprête à déployer le 16 septembre des mises à jour majeures pour la totalité de ses gammes de produits, à l’exception des ordinateurs. Pour les iPhone, iOS 14 est la première mise à jour qui redessine vraiment l’interface depuis le lancement du premier smartphone d’Apple en 2007. L’écran d’accueil est modernisé, alors que la gestion des dossiers et des applications devient enfin plus ergonomique. Pour les iPad, Apple va publier iPadOS 14, qui apporte le même type d’optimisation aux tablettes, et ajoute quelques fonctionnalités, notamment une meilleure prise en charge du stylet Apple Pencil. Pour les montres, watchOS 7 promet d’apporter des fonctionnalités familiales ainsi que le suivi du sommeil. Enfin, les boîtiers Apple TV bénéficieront de la mise à jour tvOS 14, qui n’apporte pas de nouveauté marquante.

Apple un peu plus verte, mais pas trop

L’ensemble des nouveaux produits ont été conçus avec le souci de réduire leur empreinte carbone, assure Apple, toujours prêt à exagérer ses efforts en la matière. Ainsi, la plupart des produits ont été présentés avec « 100 % » de matériaux recyclés… pour une partie seulement du produit. Malgré cette communication à l’américaine, totalement contreproductive en Europe, l’objectif de l’entreprise de Cupertino d’atteindre la neutralité carbone en 2030 est louable.

Des étapes concrètes sont franchies à chaque nouvelle présentation de produit : les emballages en carton, les structures en aluminium et certains supports de puces sont désormais 100 % recyclés. C’est une des tâches qui revient ainsi au robot Daisy basé au Texas, tout comme à son petit-frère Dave, installé aux Pays-Bas et destiné à être actif dans l’ensemble de l’Europe. Apple ne franchit toutefois pas l’étape essentielle pour devenir plus verte : permettre le remplacement aisé de composants comme la batterie ou l’écran, ainsi que l’évolutivité des produits : il reste impossible de donner un coup de jeune à son matériel au bout de deux ou trois ans.

Source : Le Point.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *